Identifier la pratique au studio

Malkovsky organise sa pensée sur le mouvement autour de deux grands principes :
Une danse idéale, en harmonie avec les forces de l’Univers (dont la gravité), et la Nature (dont la propagation de l’onde).

L’homme fait partie du Tout.

Une danse basée sur la logique et l’harmonie du mouvement humain, s’appuyant sur la marche, commune à tous les hommes.

La marche est la base du mouvement.

Sa vision prend racine dans un mouvement fonctionnel qui intègre les schèmes de développement, les réflexes, les réactions de redressement, les réponses d’équilibration pour améliorer l’efficience motrice naturelle.

Plus on est habile, plus on est simple.

Le regard porté sur le mouvement des hommes, des animaux, sur les mouvements perceptibles de la nature l’ont amené à la notion de mouvement juste.
De l’observation des travaux manuels, dont l’exécution demande de la force physique, Malkovsky en tirera des conclusions. Lorsqu’ils sont réalisés avec efficacité, il énoncera le principe d’économie d’effort.

Malkovsky transforme les manifestations visibles de la nature et des activités humaines en une forme stylisée. En cherchant à communiquer la beauté et le rythme des mouvements de la nature et des hommes, Malkovsky a posé les fondations du vocabulaire de sa danse. Il conçoit son propre vocabulaire. Il propose comme objet d’étude des mouvements ayant un ancrage dans divers registres, qu’il nomme les mouvements de base.
Pour amener ses élèves vers la justesse de leur mouvement, Malkovsky a conçu des exercices qui respectent la logique fonctionnelle du corps. Chaque mouvement est une image dynamique. Stylisé et orienté vers une abstraction, le geste peut devenir mouvement dansé, symbole, pour produire une fiction et du sens.
Dans sa démarche artistique, il explore l’ampleur du geste, sa relation entre la périphérie et le centre, la lisibilité des lignes, la précision dans la fluidité de son déroulement. Le mouvement, qui se communique par le sens, qui provoque une émotion chez l’autre, sera le résultat d’un travail.

Comme Laban, Malkovsky part de la richesse du mouvement quotidien. Sa danse s’enracine dans « l’agir », afin qu’en surgisse « un danser. »
Dans ses soli, créés entre 1920 et 1940, il exprime une danse humaniste portée par la musique romantique, avec une gestuelle singulière, commune à la civilisation occidentale.
C’est sa propre oeuvre que Malkovsky transmettra toute sa vie.

Malkovsky a porté un regard intuitif et singulier sur des évidences du mouvement : la controlatéralité et les coordinations instinctives, l’ondulation de la colonne vertébrale, le jeu avec la gravité, le rythme ternaire, la musicalité. Il cherchait à nous faire atteindre un état de corps en accord avec son idéal esthétique et artistique.
Il ne s’agit ni de mimer, ni d’imiter ou de faire comme si…, mais de capter l’essence dynamique de l’image, des actions, pour témoigner d’une œuvre avec son propre registre de sensations, ses modulations, ses couleurs, ses idées. Il faut créer à partir de l’objet chorégraphique hérité, un état intérieur, pour atteindre une danse de soi et signifier du sens virtuellement.

À propos des mouvements base

Voici une liste non exhaustive des mots employés par Malkovsky, qui condensent à la fois l’image, la forme et sa dynamique.

  • Travaux
    Pagayer / Semer / Jeter / Tirer / Pousser / Porter / Lancer / Rebondir / Saisir / Cueillir / Sonner les cloches / Ramasser / Marcher / Tomber /…
  • Jeux / Sports
    Courir / Sauter / Tourner / Bondir / Galoper / Pagayer / Valser / Jouer avec une balle / Repousser / Envoyer / Lasso / …
  • Sentiments
    Joie / Tristesse / Douleur /Acceptation / Solitude / Résistance / Espoir / Don de soi / Partage / Protection / Malice / Désir / Pleurs / Quête / Tendre la main /…
  • Nature
    Vent / Vagues / Feu / Arbre / Eau / Les Ombres / La Sève / Le Goéland / L’Oiseau / L’ours / L’Oiseau sur une branche / L’Oiseau dans la main / Les Moineaux / les Pétales / Lignes V / W / S / Fil de soie